La gestion du poids

 Les chiffres parlent d'eux-mêmes :                                                                                                 

-En 2012, 32,3% des Français adultes de 18 ans et plus sont en surpoids (25 ≤ IMC < 30 kg/m2 ) et 15% présentent une obésité (IMC ≥ 30 kg/m2 ) (étude OBEPI de 2012).

-Le nombre de personnes obèses en 2012 est estimé à environ 6 922 000, ce qui correspond à 3 356 000 personnes supplémentaires par rapport au chiffre de 1997 (étude OBEPI de 2012).

-En 2012, comme depuis 2003, la prévalence de l’obésité est plus élevée chez les femmes (15,7% versus hommes : 14,3% ; p<0.01). L’augmentation depuis 15 ans est plus nette chez les femmes notamment chez les 18-25 ans (étude OBEPI de 2012).

-15 % des enfants âgés de 3 à 17 ans sont obèses (étude OBEPI de 2006).


L'excès de protéines et de graisses
animales est un des facteurs de l'obésité, mais pas toujours le plus important

 

La société de consommation occidentale où malbouffe rime souvent avec sédentarité (télévision, ordinateur…), les erreurs alimentaires, le stress chronique, les chocs émotionnels, les toxines alimentaires… sont largement responsables des problèmes de poids. Sans parler des problèmes « héréditaires » qui sont les plus durs à traiter !

 

Il existe différentes techniques thérapeutiques pour obtenir des résultats satisfaisants. Pour ma part, j’individualise mon protocole en fonction de vos besoins. Le surpoids, l’obésité, touchent de plus en plus d’occidentaux. Cependant, tous n’ont pas besoin des mêmes conseils ou des mêmes aides. C’est au cas par cas.

J’utilise plusieurs outils thérapeutiques naturels pour aider l’organisme à retrouver un poids convenable, synonyme d’un équilibre global (métabolique, énergétique, psychologique). La restriction alimentaire est un de ces outils, mais il ne signifie pas que vous ne mangerez rien. Vous mangerez juste différemment. Le plus dur, c’est souvent de changer ses habitudes. Avec de l’envie, je vais vous aider à y arriver, soyez-en convaincu !

© Zero Creatives/Corbis

J’attire votre attention sur les risques liés à une perte de poids trop rapide et donc non physiologique (c'est-à-dire pathologique). Au-delà d’une perte de 4 kilos par mois, il y a des risques potentiellement élevés pour votre santé. Je vous expliquerai tout cela en détail lors de notre premier rendez-vous.

Il est conseillé de mettre en place un suivi sur plusieurs mois afin d’obtenir les résultats escomptés.